Connect with us

France

Beaucoup de gens me condamneront pour mes actes, mais je reste persuadé que j’ai fait ce qu’il fallait.

Published

on

À l’époque, ma fille était en deuxième année. Ma femme et moi travaillions dans le genre d’entreprises où l’on arrive au travail assez tôt. Nous vivions dans une grande ville et ma fille n’avait pas le droit d’aller seule à l’école. Ma femme et moi l’amenions à l’école à tour de rôle à sept heures du matin, alors que les cours commençaient à huit heures. Les portes étaient déjà ouvertes et d’autres élèves étaient présents, y compris ses camarades de classe. Un gardien se tenait dans le hall et des dessins animés passaient à la télévision dans la salle commune. Nous n’avons donc pas été inquiétés.

Un jour, ma fille s’est plainte qu’un garçon de troisième année s’en prenait à elle, l’insultant et lui jetant son sac à dos. Dans un premier temps, nous avons décidé de ne pas intervenir – les enfants se débrouilleraient seuls. Mais l’incident ne s’est pas arrêté là : le garçon a commencé à frapper ma fille et d’autres enfants qui étaient arrivés plus tôt. Étonnamment, aucun membre du personnel n’a réagi à la situation.

Je suis allée me plaindre à l’enseignante, qui en a parlé à son professeur, mais la situation n’a fait qu’empirer : le garçon a commencé à taquiner encore plus ma fille. Lorsque la directrice de l’école est intervenue, elle a dit qu’elle ne pouvait rien faire, si ce n’est d’interdire aux enfants l’accès à l’école jusqu’à huit heures et demie, heure à laquelle les enseignants entrent en fonction.

La seule chose qui m’est venue à l’esprit à ce moment-là a été de rendre le mal pour le mal (vous pouvez commencer à me juger). J’ai commencé à apprendre à ma fille à se battre – ce n’était pas difficile car elle allait à la gymnastique depuis quatre ans, elle était athlétique.

J’ai donc commencé à lui montrer des techniques d’autodéfense. Il y a un coup de poing, après quoi un deuxième coup de poing n’est plus nécessaire. Sachant ce que la vue du sang fait ressentir, j’ai conseillé à ma fille de lui donner un coup de poing dans le nez. Elle n’a pas peur du sang. Nous envisageons même de l’envoyer à l’école de médecine. Pendant sept jours, je l’ai entraînée et nous avons répété ensemble les coups qu’elle donnerait en réponse à ses pitreries.

Un jour, elle est rentrée de l’école, rayonnante. La matinée de ma fille a commencé par des insultes de la part du garçon, suivies de coups de poing. Ma fille a décidé à juste titre qu’il était temps de riposter et lui a donné un coup de poing dans le nez. Le coup s’est avéré juste : le sang a coulé à flots. Le garçon a été emmené au centre médical. On a appelé les parents du garçon, ils ont couru à l’école et, avec l’enseignant, se sont rendus dans la classe de ma fille. Les parents ont immédiatement essayé de réprimander ma fille, mais un à un, les camarades de classe ont commencé à se lever et à dire qu’il leur faisait du mal – le premier a été victime d’intimidation.

Tout s’est bien terminé : depuis, le garçon vient à l’école et s’assoit tranquillement dans un coin, en jouant sur sa tablette. Et la fille n’a plus eu recours à la force – c’est une enfant calme et timide. Et je n’ai pas été convoquée à l’école pour parler au directeur.

Beaucoup de gens me condamneront pour mes actions, mais je pense toujours que j’ai fait ce qu’il fallait et je ne me sens pas coupable. Quelqu’un me conseillerait d’aller voir un psychologue, quelqu’un d’aller voir la police. Mais je sais par expérience que de cette manière, l’affaire ne sera jamais résolue. Et je ne peux pas permettre que ma fille bien-aimée devienne une créature battue.

Vous n’êtes pas obligé de répéter après moi, mais mon comportement peut être utile à quelqu’un qui se trouve dans une situation similaire.

Pensez-vous que c’était la bonne décision ?

 

Click to comment

Leave a Reply

Ваша e-mail адреса не оприлюднюватиметься.

4 × 3 =

Також цікаво:

France1 рік ago

Après le mariage de Michael et moi, ma fille a commencé à perdre du poids et à devenir fragile !

Nous n’avons qu’une fille, alors nous l’avons toujours gâtée et élevée comme une vraie princesse. Je pouvais rarement dire non...

France1 рік ago

Mon père a quitté ma mère lorsqu’il a appris qu’elle était enceinte. Quand j’ai grandi, j’ai voulu le retrouver, mais je ne savais pas ce qui m’attendait…

J’ai grandi sans père, mais au fond de moi, j’ai toujours espéré qu’un jour je le rencontrerais, que je le...

France1 рік ago

Ma mère nous a chassés de la maison par la voie judiciaire, parce que mon fils lui a parlé de…

J’ai récemment assisté pour la première fois à une audience au tribunal. Mon mari et moi avons reçu une citation...

France1 рік ago

“Laissez-moi partir ! Je n’irai nulle part avec vous !”, a-t-on entendu crier.

S’il vous plaît, laissez-moi partir ! Je n’irai nulle part avec toi ! J’ai entendu un enfant crier. J’étais plongé...

France1 рік ago

Le beau-fils est arrivé à point nommé et continue d’établir ses propres règles !

Lorsque nous nous sommes mariés, mon mari et moi avons décidé que nous voulions vivre dans une maison avec une...

France1 рік ago

Une riche directrice d’école ne voulait pas changer son ancien téléphone et j’ai été la seule à comprendre pourquoi !

Je travaille comme enseignante dans une école privée. Cette profession m’oblige à “grandir” avec les élèves. C’est pourquoi notre directrice...

France1 рік ago

A 72 ans, mon père m’a annoncé qu’il allait épouser sa camarade de classe !

Lorsque mon père m’a annoncé qu’il allait se marier, j’ai été stupéfaite. Attendez un peu, il avait déjà 72 ans...

France1 рік ago

Ma mère a 70 ans et je crains pour sa vie, c’est pourquoi je l’ai placée dans une maison de repos !

J’ai placé ma mère dans une maison de retraite, mais j’ai honte de l’avouer aux autres parce que tout le...